Charte bombycine [retour Glossaire]

Dans le Monde Antique et au Moyen-Age, on appelle charte ( du latin charta, papier ), un papier fait avec les tiges du Papyrus, Cyperus papyrus L. (Cypéracées), sorte de Souchet [les tiges dilacérées de la plante fournissaient des lanières qui étaient disposées côte-à-côte, et empilées en deux rangées superposées, perpendiculaires l'une à l'autre. Après séchage, les "feuilles" étaient prêtes pour l'emploi. Les papyrus lénéotiques, d'aspect grossier, étaient faits avec les parties externes de la tige. Les papyrus sacrés ou hiératiques, au contraire, étaient fabriqués avec les parties internes, plus fines. Rappelons que les plus anciens papyrus connus datent de l'ancienne Egypte (XVIIIe Dynastie), soit 1800 av. J.C.].

Avant l'introduction en Europe (plus précisément en Espagne, par l'intermédiaire des Arabes, au XII°), du vrai papier de chiffon, le Moyen-Age emploie [depuis le X°, l'extension arabe en Orient empêchait les occidentaux de se fournir en papyrus. Quant aux fameux parchemins (qui tirent leur nom de la ville de Pergame, en Italie), leur cherté en rendait l'usage très limité] la charte bombycine [du latin, bombycina, en soie : le papillon, dont la chenille est le ver à soie, porte d'ailleurs le nom de genre de Bombyx], un "papier" fait de bourre de soie, la charte bombycine [qui continua d'ailleurs d'être utilisée pendant tout le Moyen-Age, le vrai papier mettant beaucoup de temps pour s'installer].


En dehors de son rôle comme support pour l'écriture, la charte brûlée ( charta adusta ) avait dans l'Antiquité un usage officinal comme vulnéraire ( dessiccatif / mondificatif), ainsi que le signalent Dioscoride et Galien.

Les chirurgiens médiévaux utilisent, dans le même but, en tant que vulnéraire soit la charte bombycine soit le papyrus brûlé :

"Papyrus est froid et sec. Si, sa poudre est répandue sur les ulcères récents mondifiés, elle les consolide. Lorsqu'elle est mise dans le vinaigre et desséchée, et introduite dans les fistules et ulcères ambulatoires , elle convient et les mondifie" ( Guillaume de Salicet ).

[page révisée le 18/05/2009]

=