Complexion [retour Glossaire]

Pour les chirurgiens médiévaux (arabes en particulier) ce terme [du latin complexio, assemblage, union] désigne le rapport existant entre les éléments différents qui constituent les corps, vivants ou inertes, ainsi que les rapports entre ces différents éléments et les médicaments : "La complexion est une certaine qualité qui, résulte du mélange des éléments qui, composent le corps humain, et de l'action et réaction de leurs qualités entre elles" (Avicenne, 1er livre du Canon, f.l, doct.3).

Classiquement, il existe quatre éléments : l'air, le feu, la terre et l'eau auxquels on attribue les qualités suivantes : l'air est le froid, le feu le chaud, la terre le sec et l'eau l'humide.

La complexion est dite tempérée, lorsqu'il y a harmonie, intempérée dans le cas contraire ( les médiévaux employaient aussi les termes de tempérament, température, tempérie pour le premier cas, intempérant, intempérature, intempérie pour le second) : dans les rapports entre les médicaments et le corps humain, une substance sera dite tempérée si elle ne change en rien la complexion, mais elle a un effet pharmacologique très réduit. Aussi on lui préférera une substance intempérée , dont la qualité sera l'inverse de celle que l'on veut combattre : le froid sera combattu par le chaud, l'humide par le sec ou l'inverse.

Pour terminer on notera, avec quelque amusement, que les auteurs médiévaux accordent à l'espèce humaine, une complexion opposée selon le sexe : "La complexion des hommes est, par rapport à celle des femmes, chaude et sèche, et la complexion des femmes est froide et humide par rapport à celle des hommes, ainsi que le dit Averrhoès sur la première partie des Cantiques d'Avicenne" ( Henri de Mondeville , Notables généraux, not. XIV, contingent XV).

    [page révisée le 18/05/2009]