Cyprès [retour Glossaire]

Cupressus sempervirens L. (Conifères Cupressacées), bel arbre originaire d’orient et cultivé dans tout le midi de la France et le bassin méditerranéen. On utilise les cônes ( appelés également galbule ou "noix" de cyprès), récoltés quand ils sont encore verts : ils renferment 0,2 à l % d’essence qui contient du cédrol (alcool sesquiterpénique) et du tanin catéchique.

Le Cyprès était déjà, employé dans l’Antiquité (Babylone, Grèce) pour ses propriétés astringentes et vaso-constrictives qui en faisaient un médicament de choix contre les hémorroïdes : les tablettes, cunéiformes de Gilgamesh, préconisaient de “graisser l’anus avec de l’huile de Cyprès avant d’y introduire une pâte faite de roses et de térébenthine (G. Debuigne, 1974, p.112). Les Grecs et les Romains (Galien) l’utilisaient également.

De nos jours, le Cyprès sert encore d’antidiarrhéique et d’hémostatique, en usage interne (extrait aqueux, décoction) et d’antihémorroïdaire en usage externe (compresses chaudes).


Les chirurgiens médiévaux, Avicenne, Guillaume de Salicet, Guy de Chauliac, préconisent l’emploi du Cyprès comme vulnéraire consolidatif :

" Cyprès est chaud et sec; il consolide les ulcères, surtout ceux qui sont aux membres durs(...) " ( Guillaume de Salicet ).

" Cyprès, arbre chaud au premier, sec au second il consolide '' ( Guy de Chauliac ).

    [page révisée le 19/05/2009]

=