Encens [retour Glossaire]

Gomme -oléo-résine, à propriétés balsamiques, produite par le Boswellia Carterii Birdw. et des espèces voisines (famille des Térébinthacées), petits arbres du N-E de l'Afrique et de l'Arabie.

La drogue renferme 5 à 10 % d'essence, 30 % de gomme (arabinose, galactose) et autour de 60 % de résine (triterpènes).

L'encens, très anciennement utilisé (Galien et Celse le signalent) ne l'est plus en France : au Codex 1949, il était encore inscrit pour son emploi dans l'emplâtre mercuriel et dans les pilules de Cynoglosse opiacées.


 

Au Moyen-Age, la plupart des chirurgiens, Constantin l’Africain   , Roger de Parme , Guillaume de Salicet, Henri de Mondeville, Guy de Chauliac, l'utilisent en usage externe, comme astringent et vulnéraire (répercussif et consolidatif). Dans les textes anciens, et selon les auteurs, l'encens apparaît sous les noms de thus et d'oliban [le terme encens, en effet, date seulement de la fin du XIIe, dérivant du latin incensum (incendere) : brûler] :

 

"Oliban est chaud et sec (...), il consolide beaucoup les ulcères récents et il empêche les fraudulents de s'étendre (...)" ( Guillaume de Salicet ).

"Thus, en arabe Kundar ; on distingue trois espèces d'Encens, comme il a déjà été dit"( Henri de Mondeville ).

"Thus, encens, est gomme chaude au second et seiche au premier, régénérative de chair et consolidative" ( Guy de Chauliac ).

      [page révisée le 21/05/2009]

=