Fomentation [retour Glossaire]

On désigne par ce terme [le synonyme est embrocation, du latin et du grec, embrochatio, j'arrose] des infusions ou des décoctions de plantes destinées à imbiber des compresses à appliquer et à maintenir sur des parties malades :

  • pour faire disparaître les douleurs,
  • pour cicatriser une plaie
  • ou pour résorber un apostème.

L'emploi des fomentations remonte à l'Antiquité : l'eau (chaude ou tiède) est préconisée par Hippocrate et par Celse  :

"Des fomentations la plus puissante est l'eau chaude renfermée dans une outre (...) on recouvrira d'un linge (...) de cette façon, la chaleur s'en maintiendra plus longtemps (...) on peut encore, prendre de l'orge ou de l'ers [ = orobe ] pilé, qu'on délaiera dans une eau vinaigrée, un peu plus acide qu'il ne faudrait pour qu'on la bût. On fera bouillir ce mélange, on le coudra dans un sac et on l'appliquera (...). Quant aux embrocations sèches, ce qui convient le mieux c'est du sel ou du sorgho torréfié que l'on met dans des sachets de laine" ( Hippocrate , Du régime dans les maladies aiguës) .

Au Moyen-Age (cf. épithème) tous les chirurgiens fomentent les membres blessés après réduction de la fracture.

[page révisée le 22/05/2009]