Hermodacte [retour Glossaire]

Le nom  de Hermodacte (ou Hermodactyle) viendrait de Hermès, le dieu Mercure des Latins et de dactylos, doigt (en grec) [ à cause de la forme de la racine tubéreuse (P. Fournier, 1961, p. 189)], Henri de Mondeville retient d'ailleurs cette même étymologie.

Dans la flore actuelle, une seule plante porte ce nom : Hermodactylus tuberosus (L.) Salisb. (Iridacées) ( ou Iris tuberosa L. selon Pifteau ). La plupart des auteurs s'accordent à penser, cependant, que l'hermodacte des Anciens devait être plutôt une Colchique [plante très vénéneuse de la famille des Liliacées et devant son nom à la Colchide, ancien nom d'une région d'Asie Mineure, sur le bord de la Mer Noire, où la plante était très abondante :rappelons que la célèbre empoisonneuse Médée était native de cette région et qu'elle avait ainsi "sous la main" le poison idéal !], jolie plante herbacée atteignant une vingtaine de centimètres de haut, vivace par son bulbe, spontanée en Europe et en Afrique du Nord.

Deux espèces de Colchique semblent pouvoir être retenues : Colchicum autumnale L., pour G. Debuigne (1974), C. variegatum L., pour R.R. Paris et M. Moyer (1967). Remarquons que Pifteau (dans sa traduction de Salicet) est du même avis que ces derniers.

Bien que sa toxicité soit connue depuis longtemps , les Anciens Grecs l'utilisaient dans le traitement de la goutte (Dioscoride) .

Le principe actif de la Colchique est un alcaloïde puissant, la colchicine, plus abondant dans les graines que dans le bulbe. De nos jours, la drogue, extraite des graines, est utilisée en rhumatologie (surtout sous forme homéopathique), en cancérologie (leucémies myéloïdes chroniques).


Au Moyen-Age, les médecins arabes s'en servent comme purgatif et diurétique. Les Occidentaux, quant à eux, semblent surtout l'employer, en usage externe, dans le traitement des plaies, comme vulnéraire ( corrosif ) :

"Hermodactylus en grec, Doigt de Mercure, Colchicon, en arabe Surandjan ; on dit qu'il est le Thériaque des articulations; il est chaud et sec au troisième degré" (Henri de Mondeville, Synonymes des corrosifs , 191).

"Hermodactyle est chaud et sec. Le blanc convient aux plaies anciennes" ( Guillaume de Salicet) .

"Hermodacte est racine : laquelle estant desseichée, est chaude, et sèche au second, avec quelque abstersion et corrosion" ( Guy de Chauliac) .

    [page révisée le 23/05/2009]

      =