Joubarbe

Sempervivum L.(du latin, toujours vert.et à ne pas confondre avec le sempervirens, qui est également utilisé par les médiévaux et qui désigne le Cyprès ), genre de plante adaptée aux milieux arides et pouvant vivre longtemps, sans eau ni terre (famille des Crassulacées). La Joubarbe la plus classique est S. tectorum L., la Grande Joubarbe ou Joubarbe des toits.

La plante est peu utilisée actuellement en usage interne (au siècle dernier elle était considérée comme astringent, antidysentérique et antispasmodique). Elle continue d'avoir la faveur populaire en usage externe (sève) pour traiter les cors (Herbe aux cors). Les feuilles fraîches broyées sont utilisées en cataplasmes sur les brûlures, hémorroïdes, les articulations arthritiques.


La plupart des chirurgiens médiévaux, Guillaume de Salicet, Henri de Mondeville, Guy de Chauliac, utilisent la Joubarbe, en tant que vulnéraire :

    "Joubarbe est froide et sèche. Elle consolide les ulcères récents lorsqu'on l'applique sur eux ; ses feuilles réunissent les parties des chairs incisées, à tel point qu'elle les fait paraître chose une et continue "(Guillaume de Salicet ).

    "Semperviva, appelée par quelques uns Sanguinaire et chez nous Barbe de Jupiter, Sempervivum, Crassula [du latin crassus, épais, gras : actuellement, Crassula représente un genre de Crassulacées différent de celui de la Joubarbe] major ou Grande Joubarbe, Aizoon [du grec acé zôon, vivant toujours : une espèce de Sedum, S. Aizoon L. (Crassulacées) porte actuellement ce nom], Succirum [vraisemblablement mauvaise orthographe latine pour succinum, ambre jaune, allusion à la couleur jaune verdâtre des joubarbes. On peut aussi retenir, succus, sève épaisse, dont le français a fait succulent] "( Henri de Mondeville, Synonymes des répercussifs, 54).

[page mise à jour le 25/02/2004]

=