Miel

Substance sirupeuse (riche en sucres dextrose, lévulose, saccharose, et en sels minéraux) fabriquée par certains insectes, particulièrement Apis mellifica L. (Hyménoptères) à partir du nectar des fleurs. Une partie de ce nectar est directement avalée, l'autre transformée par les sucs digestifs du jabot, donne le miel, régurgité dans les alvéoles de cire .

Le miel est utilisé depuis la Haute Antiquité, tel quel ou sous forme d'oxymel (ce mélange de miel et de vinaigre est préconisé par Hippocrate  sous le nom d'oxyglyky dans le régime des blessés) et d'hydromel (miel et eau). L'hydromel pouvait être fermenté, c'était en particulier le cas chez les Anciens Scandinaves qui lui attribuaient une origine divine et chez qui il remplaçait le vin. De nos jours, on prépare l'hydromel en faisant fermenter une solution de miel en présence de levure de bière.

Celse emploie le miel cuit comme cicatrisatif (L.V, chap. II).


Les chirurgiens médiévaux (Roger de Parme, Guillaume de Salicet, Henri de Mondeville, Guy de Chauliac) utilisent beaucoup le miel comme vulnéraire (pour nettoyer les plaies et les cicatriser) et résolutif . Fréquemment pour atténuer la "chaleur et la siccité" du miel brut, on lui ajoute des roses, ce qui fournit le fameux miel rosat, en vogue tout au long du Moyen-Age et même encore de nos jours :

    "Miel est chaud et sec. Il mondifie les plaies sordides profondes et celui qui est cuit jusqu'à ce qu'il s'épaississe fait adhérer les plaies récentes, et sordides et profondes (...)" ( Guillaume de Salicet ).

    "Mel, en arabe Asal, en grec Meli. Dans le miel rosat, les roses atténuent la chaleur et la sécheresse du Miel simple, lequel, suivant Avicenne, est chaud et sec au second degré et, d' après Sérapion, chaud et sec au troisième degré ; il est moins chaud et moins sec d 'environ un degré, que le Miel simple, il purifie commne celui-ci et en outre il fortifie : on l'emploie avantageusement à l'intérieur et à l'extérieur contre les dyscrasies chaudes" ( Henri de Mondeville, Synonymes des maturatifs , 140).

    "Miel est cognû, chaud et sec au second, avec mondification" ( Guy de Chauliac) .

[page mise à jour le 26/02/2004]

=