Pimpinelle [retour Glossaire]  

Ce nom d'origine romane date du VIIe. Il semble avoir désigné à la fois des Ombellifères, en particulier Pimpinella Anisum L. qui est 1' Anis et des Rosacées, du genre Sanguisorba (Rupp.) L (= Poterium L.).

Plante herbacée pouvant atteindre 1,50 m de haut, la Pimprenelle [nom moderne de la Pimpinelle] est fréquente dans les prairies humides des zones montagneuses. L'appareil végétatif renferme des tanins galliques et catéchiques, d'où les propriétés antidiarrhéique en usage interne, et vulnéraire en application externe.


Au Moyen-Age, Guy de Chauliac la cite pour son rôle hémostatique, il paraît certain que dans ce cas il s'agit de la Pimprenelle, Sanguisorba officinalis L. dont le nom de genre (du latin, sanguis, sang et sorbere, absorber) indique bien cette propriété, découverte par le principe des signatures [théorie ancienne selon laquelle une plante possède une propriété médicale, déterminée d'après certaines caractéristiques de son appareil végétatif : ainsi, la Pimprenelle, à fleurs rouges (comme le sang) est un hémostatique ; la Pulmonaire, dont les feuilles tachetées rappellent les poumons, est utilisée dans les maladies des voies respiratoires, etc)] :

" PimpineIle est herbe seiche et consolide les playes " (Guy de Chauliac).

     [page révisée le 05/06/2009]