Plantain  

Plantago [ancien nom latin de ces plantes, de planta, plante du pied et ago, ressemblance, à cause de l'aspect des feuilles de certaines espèces. Les Romains (Celse et Pline) l'appelaient également Psyllium, du grec psylla, puce : allusion à la couleur et à la petite taille des graines. Le Plantago psyllium L. et le Pl. cynops L. sont d'ailleurs nommées, Herbe-aux-Puces] (Tourn.) L., nom donné à plusieurs espèces de Plantaginacées : la plus connue est le Grand Plantain, Plantago major L., extrêmement fréquent en Europe, Asie-Ouest et Afrique du Nord.

Utilisé depuis la plus Haute Antiquité : Pline le signale ; Celse l'emploie comme cicatrisant (L.V, Chap. II).

Les feuilles sont riches en tanin et en mucilage. La pharmacopée populaire les emploie comme anti-inflammatoires (en particulier en ophtalmologie) et antiprurigineux, sous diverses formes, infusion, cataplasme, suc frais [ce dernier aurait même (?) la propriété de combattre le venin de vipère].


Le Moyen-Age utilise le Plantain. Les chirurgiens tels Roger de Parme, Guillaume de Salicet, Henri de Mondeville, Guy de Chauliac, l'emploient en usage externe comme vulnéraire :

    " Plantago comprend deux espèces : l'une cultivée, l'autre sauvage ; la première se subdivise en deux :le Grand Plantain et le Petit Plantain (...) (qui) est nommé Lanceolata [Plantago lanceolata L.], Quinquenervia [cinq nervures : les noms populaires du Plantain lancéolé sont d'ailleurs Herbe-à-cinq-côtes ou Herbe-à-cinq coutures] (...). Toutes les espèces de Plantain sont froides et sèches au troisième degré" (Henri de Mondeville, Synonymes des répercussifs, 10).

    "Plantain, herbe ayant plusieurs espèces : froid et sec au second, avec répercussion et consolidation" (Guy de Chauliac).

Rappelons que le Plantain était recommandé en gynécologie (métrorragies) par la célèbre Trotula, femme-médecin du Xlle, une des gloires de l'Ecole de Salerne, célèbre par son ouvrage sur Les maladies des femmes, avant, pendant et après l'accouchement . La tradition en fait l'épouse de Jean Platéarius, fondateur d'une brillante lignée de médecins salernitains. Trotula participa à l'élaboration du Regimen sanitatis Salernitatum.

[page mise à jour le 04/03/2004]

  =