Safran  

Le Safran officinal, Crocus [du grec krokos , nom du Safran] sativus L .(Iridacées), est une plante bulbeuse de 10 à 30 cm de haut, originaire de l'Orient, cultivée dans toute la zone méditerranéenne : France, Espagne et Italie en particulier. Il ne doit pas être confondu avec le Safran des prés ou Colchique (cf. Hermodacte ) ni avec le Safran des Indes, Curcuma longa L. (Zingibéracées), ni avec le Safran bâtard d'Allemagne ou Carthame , Carthamus tinctorius L. (Composées Chicoracées).Cette dernière plante dont les pouvoirs tinctoriaux sont bien connus (rouge végétal, vermillon d'Espagne) et justifient amplement le nom d'espèce (tinctorius ) était (vraisemblablement) déjà employée par les Anciens Egyptiens, pour colorer les bandelettes des momies.

Le Safran était connu des Anciens pour ses vertus odoriférantes et officinales.

On utilise les stigmates : chaque fleur en possède trois, de couleur rouge orangé (la couleur du safran). ) qui renferment des hétérosides (picrocoside, safranol) et une matière colorante, la crocine.

Le Safran est utilisé actuellement comme condiment (dans la fameuse bouillabaisse) , appât pour la pêche, colorant des sirops de dentition, stimulant et emménagogue populaires.


Le Monde occidental le découvre au Moyen-Age. La plupart des chirurgiens ( Roger de Parme , Guillaume de Salicet, Henri de Mondeville , Guy de Chauliac ) l'emploient comme vulnéraire :

    "Safran est chaud et sec (...) il calme la douleur (...)" ( Guillaume de Salicet ).

    "Crocus, fleur de Carcamus [Henri utiliserait donc le Safran bâtard d'Allemagne ou Carthame : Nicaise avait donc cru bon, dans son adaptation de l'oeuvre de Henri de Mondeville, de moderniser le terme de Carcamus en Carthamus : nous avons préféré conserver l'ancien terme, en effet le mot Carthamus, d'origine sémitique, et dérivant effectivement du premier, n'apparaît dans la nomenclature botanique qu'au XVIe, donc non pas pendant le Moyen-Age mais en pleine Renaissance] , en arabe Za'ferân, le Safran est chaud au premier degré, sec au deuxième" ( Henri de Mondeville , Synonymes des répercussifs, 87).

[page mise à jour le 05/03/2004]

=