Verge à berger

Nom populaire (Verge à pasteur actuellement ) donné au Moyen-Age au Cardère, Dipsacus [ du grec dipsaô, avoir soif : allusion à la forme des feuilles opposées, soudées entre elles à leur base, et qui retiennent l'eau de pluie : le nom populaire de Cabaret des oiseaux rappelle bien cette caractéristique] pilosus L., grande plante bisanuelle, de la famille des Dipsacées.

La racine est apéritive et dépurative.


Quelques chirurgiens médiévaux, Avicenne et Guy de Chauliac, en particulier, l'utilisent en usage externe, comme vulnéraire confortatif  :

    "Verge de berger est herbe froide au troisièsme et seiche tempérément et pource elle restreint, et consolide" ( Guy de Chauliac ).

De son côté Guillaume de Salicet signale l'emploi de l'Albugasse ou Laitue d'âne, pour calmer les plaies enflammées [d'après Pifteau, ce nom aurait désigné aussi le Cardère, donc l'Albugasse serait également la Verge à berger]

"Albugasse, c'est-à-dire Laitue d'âne, est froide et sèche. Si elle est pilée et incorporée avec ammoniaque et farine d' orge , elle enlève (...) ardeur et prurit des plaies (...)" ( Guillaume de Salicet ).

[page mise à jour le 05/03/2004]

=