Vin

Boisson fermentée préparée à partir des raisins, le vin est connu depuis la plus haute Antiquité. Les Hébreux cultivaient la vigne. Le monde gréco-latin avait créé des vins dont les noms et la réputation sont parvenus jusqu'à nous : vins de Cos, de Chio, de Lesbos, pour les îles grecques ; massique, cécube, falerne, pour la péninsule italienne.

La richesse en tanin du vin et son astringence l'ont fait très tôt employer en pharmacologie : Hippocrate le préconisait dans le régime des maladies aiguës : "Le vin doux, le vin fort, le vin blanc, le vin rouge, l'hydromel, l'eau et l'oxymel sont employés (...)"; Celse le recommandait pour cicatriser les plaies et comme hémostatique (L.V, chap. I et II. ).


Le Moyen-Age emploie beaucoup le vin : ceci étant d'ailleurs lié à l'extension du christianisme, chaque monastère récoltant son propre vin de messe et de consommation !

Les premières facultés de médecine, Montpellier (1220) en particulier, préconisent la préparation de vins médicaux [certains d'entre eux sont encore en usage de nos jours : vin de cannelle (vin de Malaga auquel on ajoute amandes , eau-de-vie, sucre , etc...), de mai ( vin blanc avec des plantes aromatiques telles Aspérule, Bétoine , Gléchome, Pimprenelle, etc... ), diurétique de la Charité (Quinquina et Scille, Genévrier, Absinthe , Angélique, etc...), diurétique de 1'Hôtel-Dieu (vin blanc et baies de genièvre, feuilles sèches de Digitale et de Scille)] aussi tous les chirurgiens ne manquent pas de l'utiliser non seulement en usage interne mais également en application externe (vulnéraire) :

    "Vinum, le Vin nouveau est chaud et sec au premier degré ; le moyen qui est fait depuis environ deux ou trois ans est chaud et sec au second ; celui qui est vieux de six ans environ est chaud et sec au troisième degré. Du reste, il n'est personne qui ne sache par expérience que le Vin est nuisible aux nerfs, émousse les sens et aggrave les maladies de n'importe quelle partie. Cependant pris en santé, en petite quantité et additionné d'eau, il ne nuit pas. Je n'ai pas trouvé d'autre nom dans les langues grecques et arabe" ( Henri de Mondeville, Synonymes des mondificatifs, 148).

    "Vinum est cogneu, chaud et sec et humide selon son âge. Il meurit et consolide" (Guy de Chauliac).

A côté du vin "classique" on utilise aussi le vin agreste ou verjus , mais également des "vins" provenant de la fermentation d'autres végétaux que le raisin : vin de groseille, vin de mauves, vin de grenades.

[page mise à jour le 05/03/2004]

=