Vinaigre

Litéralement c'est le vin aigre : solution aqueuse riche en acide acétique (et quelquefois en tanins) provenant de la fermentation du vin  (ou de toute substance alcoolisée) par la bactérie Mycoderma aceti L.

L'usage du vinaigre remonte aussi loin dans l'histoire humaine que celui du vin : les soldats romains l'utilisaient en boisson, en le diluant dans l'eau. Celse le préconisait comme hémostatique et pour cicatriser les plaies (L.V, chap. I et II).


Au Moyen-Age le vinaigre tient une grande place, justifiant la création d'une Guilde des Vinaigriers. Les chirurgiens, pour leur part, Constantin l’Africain , Roger de Parme, Guillaume de Salicet, Henri de Mondeville, Guy de Chauliac l'utilisent comme vulnéraire , appliqué directement sur les plaies ou imbibant un morceau de laine succide :

    "Vinaigre est froid et sec et de forte dessiccation et il empêche les épanchements des matières vers les parties intérieures et son infusion [au sens de lotion] empêche le sang de couler et la formation de l' apostème et l'extension des gangrènes (...). La laine [succide] trempée dans le vinaigre appliquée sur les plaies empêche qu'il s'y forme apostème (...)" ( Guillaume de Salicet).

    "Acetum, Khall en arabe, est froid au premier degré, sec au second" (Henri de Mondeville, Synonymes des répercussifs, 47).

    "Vinaigre, froid au premier, sec au troisième, toutes fois il a ses vertus composées, avec très grande subtilité, au premier des Simples" ( Guy de Chauliac).

[page mise à jour le 05/03/2004]

  =